Une personne syndiquée sur deux se dit discriminée au travail.

Une personne syndiquée sur deux se dit discriminée au travail.

La peur des représailles est la première cause explicative du non investissement des salariés dans l’activité syndicale.

L’investissement syndical accroit significativement la probabilité de déclarer une discrimination et de dégrader des relations avec les collègues et la hiérarchie.

Un article à ce sujet sur le site de 20 minutes

Alice Huet

You must be logged in to post a comment